HACKATHON DE L’ECONOMIE CIRCULAIRE

C’est dans le cadre de la manifestation « Bastia Ville Digitale » que nous avons participé, les 16, 17 et 18 octobre derniers, au premier hackathon de l’économie circulaire.

Motivées par l’intérêt que nous portons à cette thématique, nous nous sommes lancées dans cette aventure sans trop savoir ce qui nous attendais.

Mais qu’est-ce qu’un hackathon ? A l’origine, il s’agit d’un rassemblement de développeurs, ayant pour objectif de tester une idée et de produire un prototype d’application en quelques heures.

Souvent qualifiée de marathon de l’innovation, cette formule est aujourd’hui appliquée à des problématiques techniques, commerciales ou humaines. Elle présente l’avantage de faire émerger des projets innovants en très peu de temps et de révéler de nouveaux talents.

 

Ce premier hackathon de l’économie circulaire réunissait 14 équipes de 4 personnes prêtes à relever des défis axés sur des problématiques environnementales, en recherche d’idées et de solutions visant à augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources, à diminuer l’impact sur l’environnement tout en développant le bien être des individus.

Cette expérience fut donc une découverte à plus d’un titre
 

Dès l’arrivée dans la salle de l’Alb’oru, le ton est donné : le décor très original réalisé par le scénographe Paul Ferrer a été fabriqué à partir de matériel de récupération et de mobilier mis à disposition par l’association Install’toit. 

C’est convivial, coloré et très fonctionnel.

– l’Association Emaho, à l’origine de la manifestation, a fait appel à la School lab, studio d’innovation parisien, pour animer cette compétition pendant 36h et en fixer les règles.

Chaque équipe bénéficie du soutien d’un coach rompu à la mécanique des hackathons et de « facilitateurs » issus des différents partenaires de l’évènement et experts notamment en matière d’ergonomie, de développement durable…

– Un service de restauration assuré par B by l’Alb’Oru à base de produits locaux bio servis dans des plats recyclables est proposé aux participants .

Il est à noter que les organisateurs ayant placé l’économie circulaire au centre de cet hackathon, sa logistique se devait d’en respecter l’esprit.

– Les différents défis imaginés par le jury et les partenaires de l’évènement (ADEME, Syvadec, Zillia, Kyrnolia, Caisse des dépôts) émanent directement de la réalité du territoire insulaire tels que la gestion des déchets, de l’eau, la consommation éco-responsable.

 Le profil varié et complémentaire des participants, allié à la liberté totale qui leur est laissée en matière de résolution, a pour objectif l’émergence d ’idées innovantes, s’inscrivant dans le cadre de l’économie circulaire, porteuses de nouveaux usages, de nouvelles pratiques de production, et de nouveau modes de consommation.

– Tout au long du challenge la School lab encourage les participants à utiliser des d’outils et méthodes de travail tels que le design thinking (innover en s’inspirant du mode de pensée des designers, c’est un processus d’innovation qui pose l’utilisateur au centre de la démarche et l’associe tout au long du processus de création), le mind mapping (arborescence se rattachant à une idée maîtresse), le metaplan (post’it meeting).

Les équipes progressent dans leur projet en respectant différentes phases : 

• découverte de la problématique :  analyser son défi et questionner les enjeux

• phase d’observation : Récolter des données (micro-trottoir particuliers, entreprises, collectivités), affiner la problématique.

• phase d’idéation : trouver des idées pour solutionner, brainstorming

• pitch de mi-parcours : sélection de deux idées et présentation à un jury pour tester les projets et sélectionner le plus pertinent.

• Prototypage de l’idée : « création » d’une plateforme numérique 

•Tester le prototype sur le public présent dans la salle.

Dernière étape de ce challenge et non des moindres, l’épreuve du pitch qui consiste en la présentation du projet en moins de 3mn devant le jury, suivi de 3 mn de ses questions.

La préparation du pitch est intense, il doit être efficace aussi bien sur le fond que dans sa forme. Certains s’isolent pour répéter leur texte, se l’approprier. D’autres s’attellent au support de la présentation.

Bilan de cette expérience intense et inédite :

Personnel :

– Le cadre unique et la durée de la compétition permet aux gens de se rencontrer

– La présence de contributeurs extérieurs permet d’ouvrir des perspectives et de créer un réseau de nouveaux outils et découverte de méthodes de travail, de process.

Economie circulaire :

– Création d’une dynamique autour de l’économie circulaire

– Accroître l’esprit entrepreneurial des participants

– Amplifier une démarche responsable des participants 

– Espace d’échange entre les différents acteurs de la société civile

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close